top of page

LE CAS CURIEUX DE LA COMMISSION DES PRODUITS FORESTIERS

July 24, 2020



Dans sa promesse d'améliorer les opportunités pour les propriétaires de lots boisés de la province l'an dernier, le ministre des Ressources naturelles et du Développement de l’énergie, Mike Holland a promis d'examiner le rôle de la Commission des produits forestiers du Nouveau-Brunswick.


“la commission n’ait depuis longtemps manqué à son devoir d’intermédiaire

C'était une décision bienvenue. Depuis des années maintenant, nous sommes très inquiets. Peu de gens connaissent la commission et la manière dont elle devrait fonctionner, mais nous ne le savons que trop bien.

Nous craignons que la commission n’ait depuis longtemps manqué à son devoir d’intermédiaire efficace entre l’industrie, le gouvernement et les propriétaires de lots boisés. Nous ne sommes pas les seuls - nous y reviendrons dans un instant.


LE GOUVERNEMENT DOIT AGIR

Créée par le gouvernement et responsable de l’approvisionnement en bois privé de la province, la commission est censée jouer un rôle d’arbitre - assurant l’accès au marché et un processus de négociation de prix raisonnables.


“la commission est censée jouer un rôle d’arbitre...Elle n’a clairement pas été cet arbitre

Elle n’a clairement pas été cet arbitre. Considérez que seule une fraction du bois privé au Nouveau-Brunswick arrive sur le marché et que les prix que les propriétaires de lots boisés obtiennent pour leur travail acharné sont terriblement bas.

Nous avons donc été encouragés par le fait que le ministre Holland et le gouvernement Higgs se soient engagés à régler le problème.

Malheureusement, nous attendons toujours - pas seulement les réformes, mais des détails sur ce que le gouvernement envisage de faire.

Cela a été annoncé en décembre - nous sommes maintenant dans la chaleur de l’été. Nous comprenons que la pandémie a été une préoccupation majeure et le gouvernement a prouvé qu'il pouvait agir rapidement et de manière décisive pour y faire face.


L'ÉCONOMIE SOUFFRE

Mais il n’y a pas non plus de temps à perdre sur ces réformes. L’économie du Nouveau-Brunswick souffre. Contrairement à de nombreux autres secteurs, la foresterie n'a pas été obligée de fermer. En effet, les pâtes et papiers sont devenus essentiels pour faire face à la pandémie et maintenant les consommateurs signalent des pénuries de bois d'œuvre.


“Le refus de la Commission des produits forestiers de nous rencontrer dit long.

Nous craignons que le gouvernement nous dise maintenant qu’il a besoin de nouvelles données sur l’écoulement du bois dans la province aujourd’hui et dans un proche avenir. C'est un retard inutile - des montagnes de données existent déjà.

Une industrie forestière saine est essentielle à notre province.

Quelque chose ne va vraiment pas lorsque les 42 000 propriétaires de lots boisés privés de cette province sont traités comme des propriétaires de seconde zone au lieu d'être accueillis comme des partenaires pour assurer un avenir meilleur à la foresterie du Nouveau-Brunswick.

Le refus de la Commission des produits forestiers de nous rencontrer pour discuter des préoccupations et des suggestions sur la façon d’améliorer l’état de la foresterie au Nouveau-Brunswick en dit long. Elle est donc loin d’être un arbitre juste et impartial du système.


LE TEMPS DES PRIX ÉQUITABLES

Considérez que nous n'avons pas été en mesure d'obtenir un prix équitable depuis des années, car la commission, sous les gouvernements successifs, a permis à de grandes entreprises forestières de prendre une part de plus en plus importante des forêts de la Couronne à des prix bon marché, et a permis à ces mêmes entreprises d’éviter les offices de commercialisation en place pour garantir des prix équitables.


“La commission doit se pencher sur les flux de bois - nous ne devrions pas voir baisser les prix du bois privé parce que quelqu’un a pris sur lui de remplir sa cour avec du bois de la Couronne.

La commission n'utilise pas ses larges pouvoirs pour garantir un marché du bois juste et équilibré où les ressources privées en bois sont optimisées. Au lieu de cela, l'industrie évite systématiquement les offices de commercialisation plutôt que de passer par eux.

Certains des problèmes actuels sont causés par des contrats directs et par la capacité de l’industrie à manipuler ses stocks pour faire baisser les prix ou modifier complètement les marchés. La commission doit se pencher sur les flux de bois - nous ne devrions pas voir baisser les prix du bois privé parce que quelqu'un a pris sur lui de remplir sa cour avec du bois de la Couronne. Cela ne devrait jamais arriver.


NOUVEAU-BRUNSWICKERS PAYANT LE PRIX

L'offre excédentaire du bois venant des terres de la Couronne a permis au gouvernement américain d’invoquer une distorsion du marché pour imposer des droits et des tarifs punitifs. Face aux millions de dollars de sanctions imposées par les États-Unis, le gouvernement provincial insiste sur le fait que le Nouveau-Brunswick a un marché du bois équitable. À notre grand regret, ce n'est pas le cas. Tous les Néo-Brunswickois en paient le prix.


“le gouvernement provincial insiste sur le fait que le Nouveau-Brunswick a un marché du bois équitable. À notre grand regret, ce n’est pas le cas.

Créée en 1971, la commission a de vastes pouvoirs en vertu de la Loi sur les produits forestiers et de la Loi sur les produits naturels pour enquêter sur les coûts de production, recommander des prix, agir en tant que conciliateur, arbitre et adjudicateur, et « mener des enquêtes sur toute autre question liée aux produits forestiers primaires. » L'un de ses principaux objectifs est « d’encourager et de faciliter l’utilisation optimale des ressources provenant des terrains boisés privés. »

Nous ne sommes pas les seuls à nous demander pourquoi elle ne le fait pas. Le rapport du Groupe de travail sur les forêts privées établi par le gouvernement a indiqué que la commission a le potentiel d’être l’organisme le plus important de la province pour fournir de l’information sur le marché et régler les différends concernant les prix et la part de marché.


POTENTIEL RESTE «LARGEMENT INUTILISÉ»

« Cependant », déclare le rapport du groupe de travail, « son potentiel reste largement inutilisé. »


“Chaque jour qui passe avec un système déficient et dysfonctionnel coûte à tous les Néo-Brunswickois.

De plus, la vérificatrice générale Kim MacPherson a mis en évidence de graves « lacunes » dans les fonctions de surveillance du bois privé de la commission et du ministère des Ressources naturelles du gouvernement provincial.

C'est un cas curieux. Pourquoi, se demande-t-on, cela se produit-il? Il se peut fort bien que la commission ne dispose pas des ressources, des processus et des personnes appropriés. Il semblerait que le gouvernement soit d'accord.

« Le gouvernement évaluera ses options pour recentrer la Commission des produits forestiers du Nouveau-Brunswick afin de s'assurer que son objectif et ses pouvoirs sont mis en œuvre et fonctionnent bien », a annoncé le ministre Holland en décembre dernier en dévoilant son intention de redonner aux propriétaires de lots boisés privés un plus grand rôle dans l'industrie forestière.

« La vision de notre gouvernement est d’avoir des propriétaires de lots boisés privés actifs dans la gestion de leur propriété, engagés dans la durabilité à long terme, considérant leurs lots boisés comme des actifs et fiers d’être impliqués dans la foresterie de cette province », a-t-il déclaré. « Les forêts font partie de notre patrimoine et nous voulons que davantage de personnes participent à la gestion forestière. Ce sera bon pour la forêt et pour l’économie. »

Nous ne pourrions être plus d’accord, alors allons-y. Nous n'avons pas besoin de plus de bureaucratie et de délais - nous avons besoin d’action. Nous avons besoin d'équité. Chaque jour qui passe avec un système déficient et dysfonctionnel coûte à tous les Néo-Brunswickois.

Merci de votre attention,

Rick Doucett Président, Fédération des propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick


2 vues0 commentaire

コメント


bottom of page