top of page

IL EST TEMPS QUE NOS POLITICIENS AGISSENT POUR L'ÉQUITÉ EN FORESTERIE

September 10, 2020



Pour bon nombre d’entre nous, la dernière campagne électorale au Nouveau-Brunswick donne l’impression que nous sommes sur le point de recommencer à tourner dans la roue du hamster de la procrastination politique.

Les propriétaires de lots boisés privés de cette province réclament depuis des années des modifications législatives à la Loi sur les terres et forêts de la Couronne qui rétabliront l'équilibre et l'équité dans le secteur forestier et redonneront espoir aux propriétaires de lots boisés privés partout au Nouveau-Brunswick.

Il y a eu des moments de promesse et encore plus de déceptions, mais nous voici en 2020 face à la perspective de devoir tout recommencer.



“Les candidats à l’élection dans cette campagne doivent comprendre le rôle de la branche législative du gouvernement et leur rôle en tant que législateurs potentiels : ils sont responsables de l’adoption de nouvelles lois et de la modification des lois existantes pour le bien de la province et de ses citoyens.

Les candidats à l'élection dans cette campagne doivent comprendre le rôle de la branche législative du gouvernement et leur rôle en tant que législateurs potentiels : ils sont responsables de l'adoption de nouvelles lois et de la modification des lois existantes pour le bien de la province et de ses citoyens. Ils ne sont pas là pour rester les bras croisés et permettre à un système de commercialisation du bois manifestement déformé de continuer à miner les moyens de subsistance des propriétaires de lots boisés.


Au cours des deux dernières années, il semblait pouvoir y avoir des progrès. Le gouvernement Higgs a promis de donner aux lots boisés privés une plus grande part du marché pour approvisionner les scieries tout en gelant pendant cinq ans la quantité qui peut être prélevée sur les terres de la Couronne. C'était une promesse qui devait être soutenue par des changements dans la loi, mais qui s'est avérée être un objectif trop éloigné avec le déclenchement soudain des élections.


Nous avons besoin d'une législation garantissant la place du bois privé dans le système et permettant aux offices de commercialisation de faire leur travail, qui est de négocier des prix justes et des délais de livraison équitables.


Maintenant, un nouveau gouvernement sera en place d'ici la fin du mois et nous recommencerons. Il se peut que nous soyons confrontés à un nouveau ministre qui croira qu’une loi n’est pas vraiment nécessaire et que tous les acteurs devraient pouvoir s’asseoir à une table de négociation et trouver un accord.


Cela ne marchera pas, cela n’a jamais marché et c’est une énorme perte de temps. Mais il semble que c’est là que nous pourrions nous diriger - revenir à la case départ.


Nous avons écrit aux quatre partis politiques lors de cette élection, leur demandant de confirmer les positions de leur plate-forme sur la Loi sur les terres et forêts de la Couronne, le besoin de changement et la place du bois privé dans le système de commercialisation. Tous les partis furent invités; seuls les Libéraux et les Verts ont répondus.

VOICI LE LIEN SUR LES POSITIONS DES PARTIS : ENQUÊTE SUR LA POLITIQUE DES PARTIS POLITIQUES 2020

ENQUÊTE SUR LA POLITIQUE DES PARTIS POLITIQUES 2020
.pdf
Download PDF • 221KB

Seul le Parti vert a déclaré qu'au cours de ses 100 premiers jours de gouvernement, il

« déposerait un projet de loi modifiant la Loi sur les terres et forêts de la Couronne afin, au minimum, de mettre en œuvre les changements demandés par la Fédération des propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick. . . . Nous travaillerions également avec la Fédération des propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick pour déterminer tout autre changement nécessaire à la Loi afin de garantir aux propriétaires de lots boisés privés un accès équitable au marché du bois au Nouveau-Brunswick. »


Pour être clair, voici les priorités principales de la Fédération des propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick :

1. UNE PLACE DANS LA LOI POUR LE BOIS PRIVÉ, POUR QUE CE NE SOIT PLUS UN APPROVISIONNEMENT RÉSIDUEL MAIS UNE RESSOURCE IMPORTANTE
  • Cela nécessitera l'annulation des modifications apportées à la Loi sur les terres et forêts de la Couronne qui ont désavantagé les propriétaires de lots boisés privés et donné plus de pouvoir aux propriétaires de scieries.

  • Les propriétaires de lots boisés ont besoin d'une source primaire ou d'un approvisionnement proportionnel légiféré (un pourcentage fixe de l'utilisation industrielle).

  • Tous les contrats du bois privé doivent passer par les offices de commercialisation afin qu’ils puissent avoir des négociations constructives avec les scieries et gérer l'approvisionnement en bois.

  • La gestion des terres de la Couronne devrait être confiée à un organisme indépendant qui les gérerait au nom des citoyens pour des valeurs multiples et rendrait compte aux contribuables.

2. FINANCEMENT SYLVICOLE À LONG TERME
  • Engagement à long terme pour faciliter la planification à long terme

3. LES ENTREPRENEURS TITULAIRES DE PERMIS NE DEVRAIENT PAS ÊTRE AUTORISÉS À OPÉRER SUR DES TERRES PRIVÉES
  • Empêcher les entrepreneurs des titulaires de permis de travailler sur des terres privées renforcerait la confiance des entrepreneurs privés et aiderait à soutenir la base des entrepreneurs privés.


“ces droits compensateurs américains sur le bois d’œuvre ont jusqu’à présent coûté au Nouveau-Brunswick 227 millions de dollars américains

La situation est désastreuse. Au cours des six derniers mois, les prix du bois ont grimpé en flèche, mais ce que les propriétaires de lots boisés privés obtiennent pour ce bois est resté le même, bien en deçà de sa valeur marchande réelle. Les droits compensateurs punitifs imposés par les États-Unis, ironiquement à cause de l’argument que cette province a un marché injustement subventionné par l'accès de l'industrie au bois de la Couronne bon marché, ont fait baisser les prix que les scieries sont prêtes à payer.


À tout signe de faiblesse ou de vulnérabilité du marché, les propriétaires de lots boisés sont régulièrement obligés d'accepter des prix plus bas. Mais l'industrie est terriblement lente à partager toute augmentation qu'elle voit lorsque le marché commence à rebondir - une autre raison révélatrice pour laquelle nous avons besoin d'offices de commercialisation dotés de pouvoirs importants pour négocier des prix équitables.


Le prix du bois de deux par quatre a grimpé de quelque 700 $ par mille pieds-planche à 1200 $ par mille pieds-planche au cours de la dernière année, tandis que le prix que les propriétaires de lots boisés ont reçu n'a pas augmenté d'un cent et a parfois baissé dans certaines scieries du Nouveau-Brunswick.


Étonnamment, ces droits compensateurs américains sur le bois d'œuvre ont jusqu'à présent coûté au Nouveau-Brunswick 227 millions de dollars américains.


Nous avons vu à quelle vitesse le gouvernement peut agir face à la crise de la pandémie COVID-19. Ne vous y trompez pas, ceci aussi est une crise. Et pas seulement pour les propriétaires de lots boisés, mais pour un secteur forestier florissant et pour tous les contribuables du Nouveau-Brunswick. Nous payons tous le prix de l’inaction du gouvernement.


Nous avons besoin d'un gouvernement déterminé à agir, à apporter les changements nécessaires pour rétablir l'équité dans notre système de commercialisation du bois. Ce dont nous n’avons pas besoin, c’est d’un gouvernement rempli de législateurs qui ont peur de légiférer.


Merci de votre attention,


Rick Doucett

Président, Fédération des propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick




3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page