top of page

RESTAURER UN SYSTÈME D'APPROVISIONNEMENT EN BOIS SAIN

August 13, 2020



Il y a beaucoup de gens au Nouveau-Brunswick - en particulier les quelque 42 000 propriétaires de lots boisés privés - qui attendent depuis longtemps une correction nécessaire au système d'approvisionnement en bois dans cette province, une correction qui rétablira l'équité et l'équilibre dans nos terres à bois.


“Car nul besoin d’être un génie pour examiner la situation aujourd’hui et voir que quelque chose a mal tourné.

En attendant les changements escomptés, il vaut la peine de réfléchir à où nous en sommes quatre décennies après la rédaction de la Loi sur les terres et forêts de la Couronne comme moyen de ramener l’ordre et la stabilité à notre ressource la plus précieuse - nos forêts.

Car nul besoin d'être un génie pour examiner la situation aujourd'hui et voir que quelque chose a mal tourné. Les prix du bois privé ont chuté, la part de marché s'est rétrécie et notre plus gros client, les États-Unis, continue d'imposer des droits punitifs sur le bois du Nouveau-Brunswick parce qu'il croit que l'industrie ici est subventionnée.

Ce ne sont pas seulement les propriétaires de lots boisés qui souffrent - toute la province a été mal servie par les gouvernements provinciaux qui ont cédé aux désirs de la grande industrie et à la pression pour accéder au bois de la Couronne moins cher.


LE N.-B. PERD 100 MILLIONS DE DOLLARS PAR AN


“si une entreprise privée gérait nos terres de la Couronne comme l’ont fait les gouvernements successifs du Nouveau-Brunswick, cette entreprise serait en faillite. — Don Roberts, l'économiste des ressources

Au cours des dernières années, des rapports et des analyses d'experts ont examiné la gestion gouvernementale des terres de la Couronne et ont relevé de nombreux problèmes. Dans son rapport, l'économiste des ressources Don Roberts a laissé entendre que si une entreprise privée gérait nos terres de la Couronne comme l'ont fait les gouvernements successifs du Nouveau-Brunswick, cette entreprise serait en faillite.

Roberts a estimé que nous devrions réaliser un bénéfice de coupe de bois sur nos terres de la Couronne de 100 millions de dollars par an. Le profit réel est difficile à déterminer, mais il est loin d’être l’estimation de Roberts.

À l’heure actuelle, de nombreux propriétaires de lots boisés ne peuvent obtenir d’argent pour le bois de pâte. Si le bois sur pied privé est artificiellement déprimé, les taux de redevances de la Couronne sont également déprimés. Tout est interconnecté. Si une partie du système ne fonctionne pas, cela affecte tout le système.

Les choses ont commencé à mal tourner lorsqu'un élément clé de la loi originale sur les terres de la Couronne, le principe établissant les lots boisés privés comme principale source d'approvisionnement, a été affaibli, permettant à l'industrie de contourner le bois privé au profit du bois de la Couronne moins coûteux.


“Lorsque la Loi est entrée en vigueur, les terres de la Couronne ne devaient être que le fournisseur résiduel de bois.

Lorsque la Loi est entrée en vigueur, les terres de la Couronne ne devaient être que le fournisseur résiduel de bois. C'était une équation simple: la demande des scieries était définie d'un côté de l'équation et de l'autre, l'approvisionnement en bois provenant des propres terres d'une entreprise plus l'approvisionnement en bois provenant des lots boisés privés.

Si le résultat était de 80 et que l'exigence de la société était de 100, le résidu, le 20, proviendrait des terres de la Couronne. Cela donnait aux lots boisés privés la principale source d'approvisionnement parce qu'ils étaient intégrés dans l'équation avant que l'exigence résiduelle de la Couronne ne soit définie.


NOUS AVONS PAYÉ LE PRIX

Cependant, au fil des ans, l'équation de l'approvisionnement privé en bois a été modifiée - il y a eu un virage clair de l'industrie vers l'utilisation du bois de la Couronne.


“il y a eu un virage clair de l’industrie vers l’utilisation du bois de la Couronne.

Nous avions un système qui fonctionnait pour les propriétaires de lots boisés et qui aurait été juste, mais il a été changé. Nous pouvons voir les résultats aujourd'hui : des prix beaucoup plus bas et un accès instable au marché.

Les industries savaient exactement ce qu’elles demandaient et c’est simple : elles voulaient se mettre dans une meilleure position de négociation pour acheter du bois au prix le plus bas possible et c’est ce qu’elles ont obtenu.

Du point de vue du gouvernement, les hauts fonctionnaires ont estimé que l'ouverture de l'accès au bois de la Couronne renforcerait les entreprises, créerait plus d'emplois et générerait des impôts à long terme.


PAS PLUS DE CRÉATION D'EMPLOIS


“Nous pouvons tous voir qu’il n’y a pas eu plus de création d’emplois avec le changement de politique.

Cela n’a pas été le cas. Nous pouvons tous voir qu'il n'y a pas eu plus de création d'emplois avec le changement de politique.

Les répercussions sur les propriétaires de lots boisés privés, les marchés et les droits de coupe n'ont pas été jugées aussi importantes que l'industrie et nous en payons toujours le prix. En tant que fournisseurs de matières premières, les propriétaires de lots boisés privés n'ont qu'une seule source de revenus - l'argent que nous tirons de la vente de notre bois.

Le gouvernement dit qu'il peut obtenir de l'argent après coup s'il ne le peut pas sur le coup, mais ce n'est pas une option pour nous et cela nous a coûté cher.

Prenons par exemple la pâte de résineux. Avant l'érosion des offices de commercialisation, les propriétaires de lots boisés obtenaient jusqu’à environ 20/100 du prix de vente de la pâte de résineux - aujourd'hui, ils n’en obtiennent que 5/100.


“Avant l’érosion des offices de commercialisation, les propriétaires de lots boisés obtenaient jusqu’à environ 20/100 du prix de vente de la pâte de résineux - aujourd’hui, ils n’en obtiennent que 5/100.

Le déclin, combiné à la sape délibérée des offices de commercialisation, a érodé un marché autrefois concurrentiel pour notre bois.


CONTOURNEMENT DES OFFICES DE COMMERCIALISATION

Bien que l'industrie dépende davantage de la coupe des forêts de la Couronne, elle contourne activement les offices de commercialisation et a recourt à des relations individuelles avec les propriétaires de lots boisés pour faire baisser les prix.

Un système plus organisé où les propriétaires de lots boisés privés se verront de nouveau assurer un accès équitable au marché, ainsi que des offices de commercialisation solides, sera meilleur pour nos membres, leurs familles et pour toute la province.

Merci de votre attention,

Rick Doucett Président, Fédération des propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick


4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page