top of page

LE PREMIER MINISTRE INTERVIENDRA-T-IL POUR RÉTABLIR L'ÉQUITÉ?

February 5, 2021



Beaucoup de choses se sont passées au cours des deux années et demie qui se sont écoulées depuis que Blaine Higgs a engagé son gouvernement progressiste-conservateur à réviser la Loi sur les terres et forêts de la Couronne, imparfaite et désuète, pour la rendre plus sensible aux réalités d’aujourd’hui.

« si nous n’avons pas un marché équitable, nous y remédierons. » — le premier ministre Blaine Higgs, 2018

Le premier ministre Higgs a été élu deux fois, d'abord pour diriger un gouvernement minoritaire progressiste-conservateur, puis obtient une majorité, et il y a la pandémie mondiale en cours avec les changements massifs qu'elle a provoqués pour les personnes, les sociétés et les économies.


Mais ce qui n’est pas arrivé, c’est une réforme de la Loi sur les terres et forêts de la Couronne, malgré la promesse encourageante du premier ministre lors de la campagne électorale de 2018. Cela a incité bon nombre des 42 000 propriétaires de lots boisés privés de cette province à penser que le changement allait enfin arriver.


« Il est temps de moderniser la Loi pour refléter les réalités d'aujourd'hui et nous positionner pour protéger nos ressources naturelles tout en créant des emplois », a déclaré le premier ministre Higgs en 2018. Il a également dit qu'il comprenait que les propriétaires de lots boisés privés « se sentent exclus et marginalisés » et il a promis que « si nous n'avons pas un marché équitable, nous y remédierons. »


Eh bien, nous n’avons pas de marché équitable et la situation n’est pas réglée.


ÉROSION ET DÉPÉRISSEMENT

Malgré l'essor actuel des ventes de bois, les propriétaires de lots boisés privés voient les prix les plus bas depuis des années pour leurs produits - encore plus bas que dans les provinces voisines comme la Nouvelle-Écosse. Cela en dit long sur l'iniquité du système au Nouveau-Brunswick et sur l'urgence d'agir de ce gouvernement.

les gouvernements les uns après les autres ont permis aux géants forestiers de contourner entièrement ces garanties de prix équitables

Même si le système des offices de commercialisation est prescrit par la loi provinciale pour assurer l'équité dans une province où la concurrence est limitée, les gouvernements - les uns après les autres - ont laissé le système s'éroder et dépérir.


Pire encore, les gouvernements les uns après les autres ont permis aux géants forestiers de contourner entièrement ces garanties de prix équitables en négociant directement avec les fournisseurs.


Ces contrats directs sont une violation flagrante du système des offices de commercialisation, détruisant toute notion de protection des propriétaires de lots boisés au Nouveau-Brunswick.


Les propriétaires de lots boisés souffrent déjà, avec une baisse des ventes aux scieries de plus de 400 millions de dollars entre 2004 et 2015, l'année la plus récente pour laquelle on dispose de chiffres.


À mon avis, cette chute brutale est due en grande partie à l’incapacité du gouvernement à régler les problèmes auxquels font face les propriétaires de lots boisés au Nouveau-Brunswick.


PARLER D'ÉQUITÉ POUR TOUS LES NÉO-BRUNSWICKOIS

Des millions de plus ont été perdus pour la population du Nouveau-Brunswick en redevances potentielles sur les terres de la Couronne qui ont été abandonnées par les gouvernements dans le but d'apaiser les intérêts des entreprises.


Nous ne parlons pas seulement d’équité pour les propriétaires de lots boisés, mais d’équité pour tous les contribuables du Nouveau-Brunswick. Il est difficile de croire qu'un premier ministre aussi prudent avec le trésor provincial que Blaine Higgs le permettrait.


L'intention initiale de la Loi sur les terres et forêts de la Couronne, vieille de 40 ans, était de faire en sorte que les offices soient utilisés comme véhicules pour assurer un marché équitable dans le secteur forestier.


L'ancien gouvernement libéral de Frank McKenna a modifié la Loi sur les terres et forêts de la Couronne au début des années 1990 pour éliminer l'exigence voulant que les lots boisés privés soient le fournisseur primaire de l'industrie et il a ainsi ouvert la porte aux contrats directs entre acheteurs et vendeurs individuels, en contournant les accords négociés par les offices de commercialisation.


CELA NOUS COÛTE CHER AUJOURD'HUI

La décision de permettre le contournement de ce système a conduit à un système fondamentalement injuste qui nous coûte cher aujourd'hui.

“Il est difficile de croire qu’un premier ministre aussi prudent avec le trésor provincial que Blaine Higgs le permettrait.

Il est difficile de croire que le premier ministre Higgs et ses collègues députés conservateurs voudraient un retour aux années 1950, lorsque les propriétaires de scieries du Nouveau-Brunswick détenaient tous les pouvoirs - payant ce qu'ils voulaient, menant leurs affaires sans notions de leurs responsabilités ni d'équité et écartant quiconque ils considéraient comme un obstacle.


Mais c’est là que nous nous dirigeons.


Nous avons confiance dans les promesses du premier ministre. Nous avons rencontré à de nombreuses reprises son ministre des Ressources naturelles, Mike Holland, et croyons qu'il comprend lui aussi la nécessité de rétablir l'équité pour les propriétaires de lots boisés.


Pourtant, nous n’avons pas encore vu d’action concrète. Il est bon d’avoir des discussions - parler d’un problème démontre que vous comprenez qu’il y a un problème, poser des actions démontre le désir de régler le problème.


Malheureusement, il y a eu très peu de mesures prises par un gouvernement depuis 30 ans.


C'est un gouvernement qui sait agir - le premier ministre et son gouvernement ont agi rapidement et de manière décisive sur les questions liées à la pandémie et, par conséquent, le Nouveau-Brunswick est l'un des endroits les plus enviables où vivre actuellement.


RÉTABLIR L'ÉQUITÉ POUR LES NÉO-BRUNSWICKOIS

Mais en dépit de la promesse de moderniser la législation et de rétablir l'équité pour les propriétaires de lots boisés, il n'y a eu aucune action - ou, franchement, aucun progrès du tout.


Le ministre Holland, pour sa part, semble réticent à renforcer la législation.


C’est déroutant. Sans la force du droit derrière lui, comment va-t-il arracher le contrôle aux puissantes sociétés et rétablir l'équité pour les Néo-Brunswickois ordinaires?


Merci de votre attention,


Rick Doucett

Président, Fédération des propriétaires de lots boisés du Nouveau-Brunswick





1 vue0 commentaire

Comments


bottom of page